Tractation

Installation photographique grand format, la taille des images et le nombre évoluent selon leur mode d’activation.

 

Une tractation est une négociation laborieuse. Le processus est proche de celui de l’enquête.

Je décompose les corps, je cherche les failles. Je chasse l’image. Construisant un ensemble non dénué d’ironie entre désir et dégout. Je mêle mes projections aux symboles et signes généralement associés à une certaine forme de virilité.

Les rapports de domination s’inversent, s’équilibrent, résistent ou se brisent selon les moments.

C’est une quête sans but, une enquête dont le protocole est douteux. Elle ne s’effectue pas sans humour, sans crainte, sans attraction, sans tension, sans tendresse, sans érotisme et sans heurt.

Alors que leurs voix s’élèvent 2/2

Alors que leurs voix s’élèvent est un projet initié en 2020 sur le territoire Martiniquais avec la commissaire d’exposition Éline Gourgues et l’association féministe martiniquaise Culture Égalité.

Réalisé entre 2020 et 2022, il a donné lieu à une exposition personnelle à  Tropique Atrium (Fort-de-France) en 2022 et se développe également sous la forme d’une intervention dans les rue de Fort-de-France.

Les vingts diptyques qui composent la série d’affiches ont été co-réalisés avec Juliette Seban. Chacun est constitué d’une citation provenant d’entretiens que j’ai mené avec les femmes participantes au projet et de photographies réalisées lors de mes différents voyages en Martinique.

Ils ont été affichés de manière à créer un parcours entre différents lieux imprégnés par les luttes féministes dans la ville de Fort-de-France.

Merci aux Colleuses de Martinique pour leur aide et leur soutien.

Juliette-seban-pauline-rousseau-alors-que-leurs-voix-s'élèvent
Juliette-seban-pauline-rousseau-alors-que-leurs-voix-s'élèvent
Juliette-seban-pauline-rousseau-alors-que-leurs-voix-s'élèvent
Juliette-seban-pauline-rousseau-alors-que-leurs-voix-s'élèvent
Juliette-seban-pauline-rousseau-alors-que-leurs-voix-s'élèvent
Juliette-seban-pauline-rousseau-alors-que-leurs-voix-s'élèvent

Rouvrir le Monde – Welcome to Saint-Tropez

Images réalisées à l’issue de la résidence Rouvrir le Monde en juillet 2022, soutenue par la DRAC PACA et le Ministère de la Culture

Avant d’arriver en résidence à Saint-Tropez, j’ai évidemment une image mentale de cet endroit mythique. J’imagine bien sûr le luxe et la richesse de cet endroit fréquenté par les personnes les plus fortunnées de la planète. 

Mais j’ai aussi en tête des images de Provence et de belles plages sauvages. 

Après deux semaines, à arpenter la ville et ses environs  j’ai finalement un sentiment bizarre, comme si je n’avais jamais «trouvé» Saint-Tropez, comme si je n’avais pas compris cet endroit.

Me vient alors cette reflexion profonde : peut-être qu’il n’y a rien à comprendre ici, juste se gargariser de Champagne, de blondeur et de botox. 

Portraits-Cœurs

En 2019 Pauline Rousseau est lauréate de la résidence d’artiste la Recherche pour l’Art #8  proposée par l’INSERM.

Elle passe plusieurs mois à l’hôpital Georges Pompidou à Paris au plus près des chercheurs, chirurgiens et cardiologues afin d’appréheder le cœur.

Parce qu’il l’irrigue et lui permet de fonctionner, le cœur est souvent considéré comme l’organe le plus important du corps humain. Par extension, on appelle « cœur » ce qui est le plus essentiel, ce qui est central. 

Symboliquement, il est le siège de l’émotion. On l’associe à l’amour, à la générosité et à la vie. 

À travers différents types d’imageries cardiaques de plus en plus précises (radiographie, scanner, IRM, coronarographie, échographie...) les médecins et les chercheurs peuvent aujourd’hui visionner, enregistrer et analyser l’activité cardiaque.

Ces procédés permettent ce que la photographie est incapable de faire : voir l’intérieur du corps.

Parallèlement à ces maux identifiables médicalement, le cœur est aussi le lieu d’autres maux plus intimes.

Cette perception du cœur donne ainsi lieu à de nombreuses expressions, telles que : « cœur d’artichaut » ; « avoir du cœur au ventre », « s’exprimer à cœur ouvert », « avoir le cœur vaillant», « cœur de beurre », etc.

C’est à la croisée entre le monde scientifique (imagerie médicale, photographies prises au bloc opératoire) et une approche plus poétique et symbolique basée sur de vrais témoignages d'hommes qu’ont été construits ces portraits-cœurs. 

Portrait-Cœur #1 : Avoir du coeur au ventre – Flo

Portrait-Cœur #2 : Coeur de Beurre - Antoine

Triptyque : Nature morte avec instruments chirurgicaux, image réalisée lors d’une chirurgie cardiaque et témoignage

Tirages directs sur aluminium brossé et texte imprimé en lettres vinyles

 

Portrait-Cœur #3 : Cœur d'artichaut - François

Entretiens retranscrits à l’encre de chine sur papier Hahnmühle puis sérigraphiés 

Images provenant d’une coronarographie de la coronaire droite

Ensemble de 6 sérigraphies mesurant 56 x 37 cm

 

 

Portrait-Cœur #4 : Cœur Vaillant - Carlos

Installation - techniques mixte : Portrait de Carlos Eugenio Clemente provenant de l'avis de recherche émis par la police à son sujet

Larme de Carlos Eugenio Clemente photographiée au microscope électronique

Photographie des Chutes d’Iguaçu (Brésil)

Témoignages de Carlos Eugenio Clemente - (typographie utilisée : Inconsolata )

 

 

 

 

Portrait-Cœur #5 : À Coeur Ouvert - Ali

Images réalisées lors d’une chirurgie cardiaque et témoignage audio racontant la nuit du 13 novembre 2015 au Carillon à Paris

Vidéo et pièce sonore (12’30 min)

 

 

 

 

 

Alors que leurs voix s’élèvent 1/2

Alors que leurs voix s’élèvent est un projet initié en 2020 sur le territoire Martiniquais avec la commissaire d’exposition Éline Gourgues et l’association féministe martiniquaise Culture Égalité.

Développé et réalisé entre 2020 et 2022, ce travail qui flirte avec le documentaire, a donné lieu à une exposition personnelle à  Tropique Atrium (Fort-de-France) en 2022. Outre l’exposition à l’Atrium, le projet se développe également dans l’espace public sous forme d’affichage.

À travers vingt-cinq portraits de militantes martiniquaises, se matérialisant par des photographies, mais aussi par de la vidéo, du son, des textes et de l’installation, se dessinent différents enjeux contemporains liés à l’île de la Martinique.

Chaque portrait se présente sous forme d’installation photographique, constituée d’une ou plusieurs photographies accompagnées d’un texte ou d’un enregistrement sonore issus d’entretiens menés avec chacune.

Cliquez sur l’image pour entendre la voix de celle qui est représentée.

 

Alors-que-leurs-voix-s'élèvent-Pauline-Rousseau-eline-gourgues
Alors-que-leurs-voix-s'élèvent-Pauline-Rousseau-eline-gourgues

Ce projet reçoit le soutien de la ville de Fort-de-France, de la Collectivité Territoriale de Martinique et de la Délégation Régionale aux Droits des Femmes et à l’Égalité.