Tractation

Installation photographique grand format, la taille des images et le nombre évoluent selon leur mode d’activation.

 

Une tractation est une négociation laborieuse. Le processus est proche de celui de l’enquête.

Je décompose les corps, je cherche les failles. Je chasse l’image. Construisant un ensemble non dénué d’ironie entre désir et dégout. Je mêle mes projections aux symboles et signes généralement associés à une certaine forme de virilité.

Les rapports de domination s’inversent, s’équilibrent, résistent ou se brisent selon les moments.

C’est une quête sans but, une enquête dont le protocole est douteux. Elle ne s’effectue pas sans humour, sans crainte, sans attraction, sans tension, sans tendresse, sans érotisme et sans heurt.

DÉBANDADE

TERME MILITAIRE, IDÉE D’UNE DISPERSION DÉSORDONNÉE.

SYNONYMES :
DÉFAITE – DÉROUTE – RECULADE

 

cliquer sur l’image pour accéder au projet

IPSÉITÉ(S)

CE QUI FAIT QU’UNE PERSONNE, PAR DES CARACTÈRES STRICTEMENT INDIVIDUELS, EST NON RÉDUCTIBLE À UNE AUTRE.

IL N’EST PAS D’ÊTRE SANS « IPSÉITÉ ».

 

 

cliquer sur l’image pour accéder au projet

Alors que leurs voix s’élèvent 2/2

Alors que leurs voix s’élèvent est un projet initié en 2020 sur le territoire Martiniquais avec la commissaire d’exposition Éline Gourgues et l’association féministe martiniquaise Culture Égalité.

Réalisé entre 2020 et 2022, il a donné lieu à une exposition personnelle à  Tropique Atrium (Fort-de-France) en 2022 et se développe également sous la forme d’une intervention dans les rue de Fort-de-France.

Les vingts diptyques qui composent la série d’affiches ont été co-réalisés avec Juliette Seban. Chacun est constitué d’une citation provenant d’entretiens que j’ai mené avec les femmes participantes au projet et de photographies réalisées lors de mes différents voyages en Martinique.

Ils ont été affichés de manière à créer un parcours entre différents lieux imprégnés par les luttes féministes dans la ville de Fort-de-France.

Merci aux Colleuses de Martinique pour leur aide et leur soutien.

Juliette-seban-pauline-rousseau-alors-que-leurs-voix-s'élèvent
Juliette-seban-pauline-rousseau-alors-que-leurs-voix-s'élèvent
Juliette-seban-pauline-rousseau-alors-que-leurs-voix-s'élèvent
Juliette-seban-pauline-rousseau-alors-que-leurs-voix-s'élèvent
Juliette-seban-pauline-rousseau-alors-que-leurs-voix-s'élèvent
Juliette-seban-pauline-rousseau-alors-que-leurs-voix-s'élèvent

Rouvrir le Monde – Welcome to Saint-Tropez

Images réalisées à l’issue de la résidence Rouvrir le Monde en juillet 2022, soutenue par la DRAC PACA et le Ministère de la Culture

Avant d’arriver en résidence à Saint-Tropez, j’ai évidemment une image mentale de cet endroit mythique. J’imagine bien sûr le luxe et la richesse de cet endroit fréquenté par les personnes les plus fortunnées de la planète. 

Mais j’ai aussi en tête des images de Provence et de belles plages sauvages. 

Après deux semaines, à arpenter la ville et ses environs  j’ai finalement un sentiment bizarre, comme si je n’avais jamais «trouvé» Saint-Tropez, comme si je n’avais pas compris cet endroit.

Me vient alors cette reflexion profonde : peut-être qu’il n’y a rien à comprendre ici, juste se gargariser de Champagne, de blondeur et de botox.